« La machine va se mettre en place »

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Renaud Lavillenie : « On sait que tout le monde n’a pas eu la même préparation, les mêmes conditions. De plus, j’ai toujours sauté sur élan réduit (NDLR : A seize foulées). Ce qui augmente ma marge de progression par rapport aux autres. » Photo AFP

Blessé l’hiver dernier et jusqu’ici cantonné à un élan réduit, Renaud Lavillenie reste en quête d’une première « performance de pointe » cette saison. Pourquoi pas à Nancy ? Si les conditions le permettent…

Depuis 2009 et sa toute première participation à des Championnats d’Europe par équipes, Renaud Lavillenie frôlait déjà le sans-faute : cinq gagnés pour un seul « perdu » (en 2011, à Stockholm). Autant dire qu’il n’avait pas l’intention de « se priver, en France, d’une victoire que tu mets trois jours à aller chercher en Russie » (référence au voyage un peu ‘‘galère’’ de la délégation française à Tchéboksary il y a deux ans…).

Ce dimanche, le vice-champion olympique de Rio a donc prolongé la série en domptant une barre à 5,80m dans le vent de Villeneuve-d’Ascq. Pour le plus grand bénéfice de l’équipe de France. Même si, dans le fond, ce nouveau ‘’fait d’arme’’ ne l’avance guère dans sa quête d’une performance de pointe.

Depuis sa blessure (cuisse) et son hiver blanc,  Renaud Lavillenie, battu deux fois  cette saison  par l’Américain Sam Kendricks (qui vient de passer 6m à Sacramento), a vu la concurrence débouler. Et même s’il ne livre pas de signes d’inquiétude apparents, il n’aspire qu’à donner la réplique. Sa prochaine occasion de le faire ? Nancy, mercredi soir…

Renaud Lavillenie, vous êtes aujourd’hui quatrième des bilans mondiaux (avec 5,83m), on imagine qu’il vous tarde de retrouver la première place ?

Un petit peu, oui (rires).  Mais dans le contexte du moment, je ne vais pas me plaindre. Je reste quand même sur la  légère frustration d’avoir manqué de très peu 5,91m à Eugene. Je sais qu’aujourd’hui, c’est mon niveau (NDLR : en dépit des conditions, il a encore échoué de peu face à cette même barre, à Lille, quelques heures après avoir livré cette interview). J’ai  quand même pour moi la régularité d’avoir toujours sauté au-dessus des 5,80m (pour la cinquième fois ce dimanche). Après, quand tu vas à Turku et qu’il fait 12 degrés, tu sais que pour la  première place mondiale, ce sera difficile. J’avais misé de gros espoirs sur Lille en me disant qu’il ferait beau et chaud. Et puis… le Nord nous a rattrapés (il éclate de rire). Mais pour moi, le plus important, au-delà d’aller chercher la perf’ de pointe, c’est de reconstruire, tout ce que j’ai perdu. Même si je n’ai pas beaucoup de retard à l’entraînement par rapport aux années précédentes. Des fois, il suffit d’un petit déclic ! Là, je dispute quand même quatre compétitions en dix jours (Lille, Nancy, Paris et Lausanne). J’espère bien au moins une fois bénéficier de bonnes conditions et augmenter mon niveau  de régularité de 5,80m à 5,90m…

Arrivez-vous à retenir quelque chose de positif de votre hiver ?

Non (très ferme). Il y en a qui me disent que c’était un mal pour un bien (sa saison blanche). Mais je réponds : non ! La seule chose qui n’est pas trop néfaste, c’est que j’ai réussi à m’en sortir entier, sain, et sans aucune séquelle. Mais ne pas avoir sauté cet hiver, ou plus exactement n’avoir fait que deux compétitions, ce n’est pas cool ! Il y a quand même un truc dont peu de personnes ont conscience, c’est que j’ai quand même été capable de passer 5,71m, et à deux doigts de franchir 5,78m sur une jambe. Mine de rien, c’est quand même pas si mal ! Pour connaître un peu mes adversaires, je ne suis pas sûr que beaucoup soient capables d’en faire autant.

Cette coupure obligatoire ne vous a donc fait aucun bien ?

Une coupure au cours de laquelle tu fais ce que tu veux, un peu comme celle que j’ai eue au mois d’octobre, fait forcément du bien. En revanche, celle du mois de janvier, où tu passes de ton entraînement quotidien à deux, voire cinq heures de soin par jour en comptant la rééducation et le reste… non ! Personne n’est fait pour ça. Et tu ne peux pas dire que tu récupères parce qu’au final, c’est assez épuisant. Parfois à la limite de la torture. Et puis tu passes ton temps à regarder les autres. C’est pesant. Tu n’as qu’une hâte, c’est d’obtenir le feu vert. Mais aujourd’hui, c’est bon, je pense avoir eu ma dose pour quelques années (sourire).

C’est vrai qu’une telle blessure, c’est une première pour vous ?

De cette envergure, oui. Mais quand je vois certains de mes compatriotes qui connaissent ça tous les ans, je ne peux pas me plaindre. Savez-vous à quel moment vous allez sauter sur un élan complet ? Mon approche est la suivante : je sauterai en élan complet quand ça vaudra le coup. Si les conditions ne sont pas extraordinaires, je n’aurai aucun bénéfice à me mettre sur vingt foulées. Au final, si je me mets davantage en lutte dans ma course, je vais peut-être galérer pour faire 5,80m, alors que sur seize appuis, j’aurai plus de facilités. Mais j’espère avoir rapidement des circonstances correctes pour pouvoir me lancer sur vingt. Après, la machine va se mettre en place toute seule…

Propos recueillis par François VADOT

 

Le « Stan » aux petits soins

Une perf’ de niveau mondial, ça se mérite ! Le « Stan’» fera donc le maximum pour placer Renaud Lavillenie dans des conditions optimales mercredi prochain. Au cas où celui-ci serait tenté par un élan complet en vingt foulées…

Démontée, la structure provisoire (surélevée) des Mondiaux scolaires laissera donc apparaître d’ici mercredi une piste prolongée (de 47,50m) et consolidée répondant aux désidératas du recordman du monde.

« On l’avait déjà fait lors de sa dernière venue à Nancy (en 2012) à la demande de son manageur René Auguin et on le refera donc cette année pour Renaud », confirme le patron du Meeting Pascal Thiébaut.

F.VA

Article de l’Est Républicain

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.